L’ambassadeur de France à Doha, Eric Chevallier : « Le Qatar et la France combattent ensemble le terrorisme »

No Tags | Non classé

Doha, le 10/12/15, Al-Raya.

Entretien de S. E. M. Eric Chevallier, Ambassadeur de France au Qatar, avec Ibrahim Badawi du journal Al-Raya au Qatar.

Comment avez-vous reçu l’information sur les attentats terroristes à Paris ?

De manière officielle, j’exprime ma plus profonde condamnation de ces actes terroristes qui n’ont pas été commis contre Paris seulement mais contre le monde entier. Mais la vie doit continuer et Paris restera la ville de la lumière, de la liberté et du vivre-ensemble. Paris restera hospitalier et accueillera ses visiteurs et admirateurs du monde entier. A titre personnel, je suis un citoyen parisien, j’ai été frappé d’une tristesse immense en voyant Paris subir ces attaques, mais je suis certain que la France survivra et perdurera.

Quelle lecture aviez-vous de la position qatarie sur les attentats de Paris ?

La position qatarienne était très claire dans sa condamnation de ces attaques et l’affirmation que nous travaillons ensemble à lutter contre le terrorisme, cette une menace mondiale qui guette tout le monde et vise tout le monde et qui ne peut être combattue qu’à travers la coopération et l’action commune.

Le Premier ministre qatari s’est rendu en France quelques jours après les attentats. Quel sens donnez-vous à cette visite ?

Nous étions très heureux, car malgré les évènements, S. E. Cheikh Abdallah bin Nasser a insisté pour maintenir cette visité prévue d’avance en France. Cela a été exprimé par S. E. le Président de la République française et le Premier ministre (français). Nous sommes fiers de cette visite qui était la première que S. E. le Premier ministre qatari a effectuée hors du Monde arabe, depuis sa nomination à la tête du gouvernement. Cette visite a été hautement appréciée dans les plus hautes sphères. S. E. le Premier ministre qatari a présenté de manière directe ses condoléances aux autorités françaises, en concomitance avec l’envoi de lettres de condoléances et de soutien de la part de SA l’Emir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani et de tous les responsables qataris aux autorités françaises.

Il se dit des choses sur des complications éventuelles dans l’obtention du visa Schengen pour la France après les attentats de Paris. Qu’en est-il vraiment ?

Il faudrait clarifier les choses à propos de ce point. La France restera toujours un pays accueillant, souhaitant la bienvenue à ses visiteurs. Le système d’obtention des visas n’a pas du tout changé. Pour ceux qui bénéficient d’un visa Schengen, celui-ci continuera d’être en vigueur. Quant à ceux qui voudraient obtenir un visa, il pourront faire une demande et auront toujours une grande chance de l’avoir. Le seul changement qui a eu lieu après les attentats terroristes c’est le renforcement des contrôles aux points d’entrée, par routes, chemins de fer ou aéroports. A part cela, rien n’a changé. Je dis à tous les Qatariens et les résidents au Qatar qui voudraient visiter notre pays, que la France restera un pays accueillant qui leur souhaite la bienvenue avec grande joie et bonheur.

Il y a pourtant des préoccupations quant au fait que les musulmans ou les Arabes puissent être ciblés en France…

Ce sujet est d’une grande importance. Nous devons avoir conscience que l’un des objectifs des terroristes est de semer la discorde non seulement entre les pays mais aussi entre les différentes composantes d’une même société. Nous savons très bien que les musulmans sont aussi des victimes du terrorisme, d’ailleurs il y avait des morts et des blessés musulmans parmi les victimes des évènements de Paris, aux côtés de victimes de toutes les religions et communautés. Le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’intérieur ont tous affirmé cela et pris des dispositions pour que tout acte qui vise n’importe quelle communauté, et notamment la communauté musulmane, soit évité. Comme je l’ai déjà dit, nous savons pertinemment que ces actes terroristes n’ont rien à voir avec l’islam.

Quel regard portez-vous sur l’intérêt qu’accorde le Qatar aux affaires de sécurité intérieure ?

Le Qatar fournit en ce sens de grands efforts. A ce propos, S. E. le Premier ministre et ministre de l’intérieur (qatari) fait un travail extraordinaire et nous avons beaucoup de choses que nous pouvons faire ensemble en matière de sécurité. Je saisis cette occasion pour remercier les autorités qataries, et notamment S. E. le Premier ministre, pour les mesures prises afin de renforcer la sécurité de la communauté française au Qatar après les attaques qui ont eu lieu à Paris.

Qu’avez-vous à dire à propos du Salon mondial de la Sécurité des Etats Milipol Paris 2015, était-ce nécessaire de maintenir son organisation comme prévu après les attentats ?

Ce Salon revêt une très grande importance car il permet d’exposer les plus récents produits des entreprises mondiales en terme de sécurité intérieure. Il était important de le tenir à sa date prévue. Les représentants de 140 Etats, parmi les spécialistes du domaine sécuritaire, y ont participé, avec la présence de 115 délégations officielles venant de 77 Etats, parmi lesquelles une délégation de haut niveau du Ministère de l’intérieur qatari et des représentants des forces de sécurité intérieure « Lekhwiya ».

Le Salon Milipol s’intéresse au renforcement de la sécurité, certains peuvent se demander si l’avènement des attentats terroristes à Paris reflète une erreur ou des failles dangereuses… Avez-vous un commentaire ?

Il n’y a pas eu d’erreurs. Fournir le maximum d’efforts dans le domaine sécuritaire est nécessaire et c’est cela l’objet du Salon Milipol. Mais cela ne garantit pas le risque zéro car il est impossible d’atteindre un risque zéro. Mais tant que la menace persiste, l’importance du Salon Milipol augmente dans la prévention de la répétition de tels actes terroristes.

Qu’en est-il de la crise syrienne et de la lutte contre le terrorisme ?

Nous travaillons avec le Qatar à lutter contre le terrorisme. Ceci était l’un des sujets qui ont été abordés lors de la dernière visite de S. E. le Premier ministre qatari en France. D’un autre côté, nous savons que certaines crises, comme la crise syrienne, jouent un rôle dans la recrudescence du terrorisme. Nous partageons le point de vue qatari qui considère que la persistance du régime de Bachar Al Assad complique la lutte contre le terrorisme. Nous savons pertinemment que nous devons tous lutter contre Daech qui constitue une menace continue pour la région et le monde. Nous soutenons l’idée de parvenir à une solution politique, laquelle passe par une période transitoire. Il est certain que Bachar Al Assad ne pourra pas faire partie d’une solution d’avenir pour la Syrie.

Le Qatar avait organisé la Conférence de l’Onu sur les changements climatiques en 2012 et Paris l’organise cette année. Existe-t-il une coordination entre les deux pays concernant les changements climatiques ?

Nous sommes en dialogue actif avec le Qatar à ce sujet qui n’est pas de moindre importance par rapport à la lutte contre le terrorisme. En effet le changement climatique pose un défi mondial qui ne concerne pas le fait de sauver la planète uniquement mais qui nécessite de sauver l’humanité entière. Notre dialogue avec le Qatar concerne l’innovation, la recherche et la technologie en matière d’énergie.

Les changements climatiques requièrent de diminuer l’émission du gaz carbonique et de réduire la dépendance au pétrole et au gaz. Comment voyez-vous les efforts du Qatar dans cette direction ?

Nous savons que l’économie du Qatar dépend actuellement grandement des hydrocarbures. Mais la Vision nationale du Qatar 2030 tourne autour de la nécessité de diversifier l’économie. J’ai découvert un programme intéressant de l’Université du Qatar sur l’usage d’algues pour absorber les émissions de carbone, produire des matières biologiques ainsi que des médicaments ou compléments alimentaires pour animaux, lors d’une conférence sur les changements climatiques organisée par l’ambassade (de France au Qatar) en partenariat avec l’Université du Qatar. J’ai trouvé que ces recherches conduites par des chercheurs qatariens en collaboration avec des chercheurs d’autres nationalités, dont des Français, aident à parvenir à des résultats intéressants. Il y a également un projet énorme pour l’absorption des émissions de gaz carbonique à Ras Lafan, d’une valeur d’un milliard de dollars, en plus du programme « Tarshid » qui vise à rationnaliser la consommation d’eau et d’électricité. Ce sont tous des projets d’une très grande importance.

De manière générale comment évaluez-vous l’avancée des relations franco-qatariennes ?

Les relations franco-qatariennes, comme le disent les dirigeants des deux pays, sont profondément ancrées et recouvrent tous les domaines : politique, militaire, sécuritaire, économique, culturel, sportif, éducatif ainsi que dans le domaine de la santé. En tant qu’ambassadeur de France au Qatar, j’affirme que nous continuons de déployer tous les efforts possibles pour développer ces relations avec la volonté sincère de consolider le partenariat et la coopération. Je vais citer un exemple : la communauté française à Doha a participé dernièrement à  la grande campagne de don du sang organisé par le Haut Conseil de la Santé en partenariat avec la Fondation médicale Hamad, consacrant de cette manière l’esprit de solidarité qui lie les deux peuples amis.

 

traduction non officielle