Situation des travailleurs : le Qatar dénonce les allégations de l’ITUC

No Tags | Non classé

Doha, le 20/12/2015, bureau de communication

L’Etat du Qatar a exprimé son refus des allégations contenues dans le dernier communiqué de la Confédération internationale des syndicats (ITUC) selon laquelle « D’ici au coup d’envoi de la Coupe du monde de 2022, plus de 7000 travailleurs migrants pourraient avoir trouvé la mort au Qatar. »

Le bureau de communication gouvernementale du Qatar a expliqué dans un communiqué que cette information était complètement infondée et constituait une déformation délibérée des faits, affirmant qu’aucun ouvrier n’a trouvé la mort sur des sites de construction liés au Mondial 2022, après plus de 14 millions d’heures de travail.

Le communiqué du gouvernement a démontré qu’il était illogique de lier tous les décès ayant surgit dans un pays qui reçoit plus d’un million de travailleurs à des accidents de travail ou aux conditions de travail, en ajoutant : « si l’ITUC appliquait la même logique dans son évaluation des décès des travailleurs à cause des JO de Londres de 2012, elle aurait imputé le décès de tout travailleur immigré en GB entre 2006 et 2012 aux chantiers liés à ces JO. »

Le communiqué a rappelé que les chiffres avancés par la Confédération internationale des syndicats ont été dénoncés plusieurs fois par le passé, mais pour des raisons obscures cette Confédération continue de les présenter comme s’ils étaient une vérité établie, alors qu’il n’y a aucune raison de croire que des milliers de travailleurs trouveront la mort dans des chantiers liés au Mondial.

Le communiqué s’est interrogé sur le fait que l’ITUC ne fasse aucune comparaison entre les conditions de travail au Qatar et celles qui prévalent dans des pays qui font face aux mêmes défis, car le Qatar n’est pas le seul Etat qui connait un développement économique et architectural nécessitant l’importation d’une main d’oeuvre ouvrière étrangère. Le gouvernement qatari renouvelle son engagement à respecter les plus hauts standards relatifs aux conditions de travail et salue toute étude permettant de mesurer les progrès réalisés en la matière.

Le communiqué a rappelé que les sommes financières que les travailleurs étrangers travaillant au Qatar envoient chaque année à leurs familles oscillent entre 10 et 14 milliards de dollars dans les cinq dernières années. Le gouvernement a également rappelé les nombreuses réformes qu’il a entreprises pour améliorer les conditions de vie et de travail pour ces travailleurs, sans oublier les réformes qui sont toujours en cours :

– L’application du système de protection des salaires qui garantit le transfert à temps des saleurs. Ceux qui travaillent dans des entreprises privées reçoivent dorénavant leurs salaires par virement électronique directement à leurs comptes bancaires sous 7 jours.

– Le Qatar a émis de nombreuses lois interdisant la confiscation des passeports et le travail dans les heures de mi-journée.

– La surface minimale dans les habitations pour travailleurs a été augmentée de 50%, afin d’améliorer les conditions de santé, de sûreté et de sécurité pour tous les travailleurs au Qatar.

L’Etat du Qatar a également émis de nombreuses recommandations pour offrir une plus grande protection sociale aux travailleurs, en leur facilitant l’accès à la justice pour ceux qui souffrent d’un traitement injuste. Un système de plainte électronique a été mis en place en 10 langues différentes.

Afin de résoudre en amont la problématique des pratiques frauduleuses en matière d’emploi dans les pays exportateurs de main d’oeuvre, l’Etat du Qatar a donné son agrément à environ 200 agence d’emploi, et effectue des inspections afin de s’assurer que les conditions de recrutement soient respectées. L’Etat du Qatar coopère avec les gouvernements des pays d’origine des travailleurs, en signant 35 traités bilatéraux et 5 mémorandums d’entente avec 40 Etats.

Le gouvernement du Qatar a également promulgué dernièrement une réforme majeure du système de travail, rendant la relation entre le travailleur et son employé basée sur le contrat de travail, réformant les mesures relatives à l’entrée, à la sortie et à la résidences des travailleurs étrangers, ce qui constitue le début de la fin du système dit de la « Kafala » au Qatar. D’autres réformes sont toujours en cours afin de donner aux travailleurs davantage de droits.

Le communiqué a assuré que le gouvernement de l’Etat du Qatar saisit toutes les occasions qui lui sont offertes pour exprimer sa considération pour la participation active des millions de travailleurs collaborant dans le développement des projets d’infrastructures, tout en rappelant son engagement à garantir leurs droits de travailleurs et leurs droits humains.

Le communiqué a enfin exprimé que le gouvernement du Qatar salue toute critique constructive venant des ONG qui œuvrent effectivement pour l’amélioration du sort des travailleurs immigrés et continuera de rectifier les chiffres lorsqu’il sent qu’il y a une information infondée à propos des travailleurs au Qatar.