Mondial 2022: Burrow nie avoir évoqué des milliers de morts aux chantiers qataris

No Tags | Non classé

Doha, le 20.04.2016, DPA

 

La secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale ITUC-CSI, l’Australienne Sharan Burrow, a nié ce qui lui a été auparavant attribué comme déclarations au sujet de la mort d’environ 4000 travailleurs dans les projets liés à la Coupe du Monde de football 2022 au Qatar.

 

 

A l’issue de la séance inaugurale du 1er Forum régional asiatique sur les entreprises et les droits de l’Homme, organisé à Doha, capitale du Qatar, Burrow a déclaré devant la presse : « Non, ne j’ai jamais dit cela ».

 

 

Elle a expliqué : « Tout ce que j’avais dit était à propos du système de la Kafala qui mène vers de mauvaises conditions de vie pour les travailleurs étrangers et qui a un impact négatif sur leur santé, car ils travaillent pendant de longues heures et sous pressions, et [j’avais également dit] que le gouvernement devait exiger des entreprises qu’elles jouent leur rôle dans la société, à travers un travail fondé sur des principes susceptibles de changer la face du pays devant le monde. Les travailleurs sont des hommes, et ils ont des droits… Il est clair que le Qatar réalise des progrès positifs en communiquant avec les ONG et les organismes internationaux. »

 

 

Burrow a ajouté : « Je sens une sorte de positivité dans la coopération des autorités qataries avec les ONG et il y a un grand progrès qu’il faut saisir. »

 

 

De son côté, le président exécutif de la communication et du marketing du Comité Suprême pour les Projets et l’Héritage, Nasser Al-Khater, a réagi aux déclarations de Burrow : « Nous avons toujours dit et affirmé que ces chiffres étaient faux et irréels. Nous sommes heureux qu’elle l’ait enfin reconnu et qu’elle soit revenue sur cela, car cette dame et l’organisation qu’elle représente martelaient ces chiffres et les utilisaient dans une campagne acharnée contre le Qatar et l’accueil du Mondial 2022 au Qatar. »

 

 

Il a ajouté: « Aujourd’hui et devant les médias, elle a reculé et nous nous en réjouissons. En même temps, personne ne nie que sa campagne a eu un grand impact. Nous pouvons dire que nous sommes aujourd’hui à un tournant dans nos relations avec l’ITUC-CSI, et cet aveu confirme qu’ils avaient tort. »